Wednesday, May 21, 2008

Okonomiyaki


Il est prévu que j'aille au Japon en 2009. Depuis bientôt 6 mois, tout ce qui se rattache à ce pays est lu, étudié, décortiqué, archivé. Dernièrement, on m'a proposé Ni d'Eve ni d'Adam d'Amélie Nothomb. Née à Kobe, cet écrivain belge révèle ses amours avec un Tokyoïte.
Il faut bien dire qu'au début, j'étais assez réticente car cette Amélie m'agace, vraiment. Ecrivant comme d'autres respirent, son hypermédiatisation m'était devenue insupportable. D'autant que les journaleux pas bien malins, nous ressortent la même soupe fadasse. Ou plutôt la même salade fermentée car c'était devenue un rituel que de parler de son goût pour toutes choses en état de pourrissement. Un complaisance à faire son originale qui devenait ridicule.J'ai laissé tomber malgré un humour incontestable, une plume brillante. Jusqu'à ce petit bouquin, tout en pudeur et délicatesse, très drôle et même ironique.
Au tout début de sa relation avec Rinri, étudiant à qui elle apprend le français, elle est invitée, pour la première fois à une soirée avec d'autres amis japonais. Ils vont préparer un okonomiyaki, le plat préféré d'Amélie lorsqu'elle vivait, enfant, dans le Kansaï.

"..Rinri pelait du gingembre, Hara épluchait des crevettes, Masa avait fini d'atomiser le chou. J'additionnai dans ma tête ces données avec la sauce d'Hiroshima et m'écriait....:
-Nous allons manger de l'okonomiyaki!

-Vous connaissez? s'étonna mon hôte
.
-C'était mon plat préféré quand je vivais dans le Kansaï!...
...Je voudrais aider! Où sont les oeufs!....
....Je contemplai la préparation de la pâte à crêpes, puis la cuisson des okonomiyaki. Cette odeur de chou, de crevettes et de gingembre grésillant ensemble me reporta seize années en arrière, à l'époque où ma douce gouvernante Nishio-san me conco
ctait le même régal, que je n'avais plus jamais remangé depuis. ....Rinri ouvrit la brique de sauce d'Hiroshima en suivant les pointillés et la posa au centre de la table basse.
...Je saisis le carton et respirai avec nostalgie ce parfum de prune amère, de vinaigre, de saké et de soja.J'avais l'air de me droguer au tétrapack."

Crédit photos : Google (Picasa web)
Vont suivre quelques lignes sur sa façon de manger assez désopilantes, je le reconnais!
Bien évidemment, ne comptez pas sur moi pour préparer ce plat. J'en serais bien incapable.
Je vous recommande la recette de Cléa avec une superbe photo pour vous rendre mieux compte.
Un peu plus loin dans ce roman, vous trouverez un passage disons, déroutant sur son expérience avec un poulpe vivant.. Pas très ragoûtant!!
J'ai quand même trouvé une recette en images. (You tube en compte plusieurs). Celle-ci est très explicite, bien qu'en anglais ce qui est tout de même plus simple que le japonais.
Je ne pensais pas que les japonais mangeaient de la mayonnaise comme cela. Rinri se goinfre de sandwichs
salami-mayo (berk!!)
J'espère que Cléa pourra nous renseigner sur les produits utilisés.


2 comments:

Clea said...

Je confirme que les japonais sont fans de mayo !!! Quand tu parles de légume râpé qui semble tout mou, tu veux dire ce qui se trouve sur le dessus de l'okono ? Si c'est ça, ce sont des flocons de bonite séchés (poisson).

CFramboise said...

Merci Cléa de cette visite. Je parle d'un légume qui est montré dans la vidéo que l'on râpe dans la pâte. Une sorte de racine un peu cylindrique. Ca fait une espèce de crème blanchâtre pâteuse!!! Je l'ai vu dans toutes les vidéos visionnées.Késako?
Je connaissais la bonite. Il y en a en Caraïbes.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...