Friday, July 11, 2008

L'herbe géante du paradis


Et si nous revenions sur mon île entre deux balades estivales. Au début de ce blog, j'évoquais la banane couchée à la suite du cyclone Dean. Ce temps est révolu et depuis plusieurs semaines, les étals regorgent de bananes, ( très bon marché) : les figues pommes, les freycinettes (toutes petites, à peine une bouchée). Mais aussi, la dessert classique connue en métropole, la banane rose, et bien sûr la ti-nain et la plantain (jaune), les deux variétés consommées en légumes.
En fait on pourrait compter jusqu'à 300 variétés à travers le monde. Car la banane a voyagé. On peut suivre son cheminement à travers les siècles et les continents.

Il semblerait que la banane soit née en Asie du Sud-Est, quelques milliers d'années avant notre ère. Une légende indienne en fait le fruit défendu. Traversant l'océan indien, on la retrouve en Ethiopie au VIe siècle. Qu'elle soit chinoise (musa sinensis) ou indienne (bananier des sages-musa sapientum), elle a voyagé à travers le Moyen-Orient, le continent africain et on la découvre sous le nom d'Abana au XVe siècle à Sao Tomé , au large des côtes africaines. Et la banane prend la mer, emportée par les marins portugais selon certains ou bien lors de migrations polynésiennes. Légendes, légendes...
On sait, par contre de façon certaine, que la banane à cuire dite "planta
in" (musa paradisiaca) fut la première à coloniser le continent américain. Elle est décrite par les Pères du Tertre et Labat sous différents noms : banane corne, jaune, poteau ou kakambou. C'est à Saint-Domingue, que le Père Tomas de Berlanga apporte les premiers plants vers 1516 et la baptise "Banana".
Au cours du siècle suivant, les bananiers vont se répandre dans les Petites Antilles françaises au cours des escales des navires. Gagnant l'ensemble de la zone Caraïbe et l'Amérique du Sud, le bananier va être largement cultivé et on peut dénombrer plus de 3 millions de plants en Martinique vers 1730. Une ordonnance de 1736 oblige chaque propriétaire terrien à planter 25 pieds de bananiers par esclave. Trente ans plus tard, un ouragan anéantit toutes les cultures et celle du bananier ne reprendra en Martinique qu'au début du XXe siècle.
Cette fois-ci on peut dire qu'on l'a échappé belle!!
Curieux végétal( herbe et non pas arbre) que ce bananier qui ne produit qu'un seul régime et meurt. Le bananier est une herbe géante et la banane n'est pas véritablement un fruit et ne possède pas de graines. Un bananier repousse à partir du rhizome, partie souterraine de la plante. Une bananeraie naît à partir de ces rhizomes ou de boutures de rejets spontanés. Le bananier pousse à toute allure (En période humide, on peut objectivement dire qu'on le voit pousser au cours de la journée..) et peut atteindre plusieurs mètres en quelques mois. Pour décrire un bananier, il faut imaginer un faux tronc (appelé stipe) constitué de gaines, cylindrique, rectiligne et pouvant mesurer de 2 à 9m de haut. A sa base, un bulbe en grande partie souterrain et au sommet les feuilles prenant naissance en spirales. A partir de 25 feuilles, on peut s'attendre à voir surgir la véritable tige qui portera le régime. C'est au départ une inflorescence qui se recourbe vers le sol sous le poids du bourgeon floral. Il m'est souvent arrivé de réaliser que le régime était présent au sommet du bananier en trouvant au sol de larges pétales violacés. Ces bractées protègent les fleurs mâles et lorsqu'elle tombent on découvre un groupe de fleurs imbriquées en deux rangées serrées, les mains" ou "pattes de bananes réunies par grappes .
Les bananes au fur et à mesure de leur croissance se redressent cherchant chaleur et lumière. Il faut compter de 9 à 15 mains pou
r un beau régime qui peut peser jusqu'à 30 kgs.
On dit que la tige a "jeté" un régime et le bananier meurt.

On récolte les fruits environ 21/2 à 3 mois après l'apparition de l'inflorescence. Le régime est toujours récolté avant complète maturation. Les fruits sont encore verts.






Je terminerai en évoquant les différentes espèces et je parlerai une autre fois des différentes qualités de ce merveilleux "fruit" mais aussi des problèmes liés à sa culture qu'ils soient phytosanitaires ou
économiques.

Source Fabre-Domergue

Tout d'abord, celle destinée à l'exportation, la plus connue et qui occupe plus de 90% des surfaces cultivées. On l'appelle "banane de table" ou "banane dessert". Pour le poète Saint John Perse, c'était la Figue. La première variété dans les années 1950 fut la Banane "Poyo" capable de supporter les 12 jours de traversée. Elle est désormais remplacée par la"Grande Naine", Cavendish.
Vous la connaissez forcément!! Regardez sur vos marchés, au rayon fruits et légumes des grandes surface
s, dans le métro?!! Si! Si! C'est celle là que brandit Beaufils, celle que rien ne peut battre...La banane à subventions...
Je m'égare! J'aurais sûrement l'occasion d'évoquer ce côté nettement moins glamour du fruit défendu..
...Hors exportation, hors subventions, on peut trouver d'autres variétés.
Bon, d'accord faut traverser...Ou la chercher sur les étals de épiceries fashion
... La "Petite Naine", comme sa grande soeur juste un peu plus petite!! A mon avis, celle-ci aussi doit pouvoir traverser. Verte, on l'appelle Ti-nain, elle se fait cuire. Sa chair est blanc très pâle, un peu farineuse. La base du Ti-nain Morue, un classique de la cuisine antillaise; souvent servi avec de l'avocat. La "Gros Michel" encore appelée "Makandja", robuste mais qui tend à disparaître, décimée par la maladie de Panama. A mon arrivée, j'en trouvais régulièrement, très sucrée, fondante légèrement acidulée et je croyais qu'elle s'appelait "maracudja" à cause de cela. Il y a au moins 5 ans que je n'en ai plus vue. S'il y a des survivantes, elles sont bien planquées. La "Figue rose" ou "Figue tisane", ma préférée, belle à voir, délicieusement parfumée et fondante.. J'ai un bananier rose dans mon jardin..Le plant a résisté à Dean mais il en a pris un coup sur le rhizome,sûr!. Ralenti, le bananier. Une feuille par mois...A peine. La "Figue pomme", très répandue. Elle est toute dodue, avenante et d'emblée sympathique. Mais, il faut bien la connaître car si elle n'est pas complètement mûre, elle laisse un goût âcre. C'est à quelques heures près parfois..Elles semblent tendre au toucher, à point et c'est raté!! Et vraiment ces quelques heures de patience font toute la différence. Les anglo-saxons des îles voisines la nomme "Apple Banana".
La "Freycinette", je le disis en début, est toute petite, une bouchée pour bébé. J'ai l'impression qu'elle plaît au cuisinier justement à cause de cette taille. Dans 30g à peine , c'est un concentré de saveurs, joliment présenté. Pour le plaisir des noms , Figue Café (Lady's finger pour nos voisins), Saint-Pierre, Sept-semaines, Kakambou.... N'oublions pas la banane "Plantain" (ou poteau) à cuire, remarquable par sa taille pouvant atteindre 40 cm). On distingue celle appelée Créole ou Jaune mais aussi la banane Corne ou la banane Serpent à peau tigrée.
Au retour de cette balade dans les bananeraies martiniquaises, je suis sûre qu'un petit morceau de tarte vous fera plaisir!! Hein!? Tentant? Parfumée, ensoleillée et très facile à faire.


Tarte feuilletée banane-chocolat.

1 pâte feuilletée
Bananes, pour moi des figues pommes
2 c à S de Sucre de canne vanillé
1 petit morceau de beurre
qq carrés de chocolat noir 70% cacao

1 bouchon de vieux rhum
Simplissime donc. Etaler la pâte sur une plaque huilée ou anti-adhésive, ronde ou rectangulaire peu importe, sans marquer de rebord ou trottoir.. Couper les figues (on parle de bananes...faut suivre) en rondelles régulières et les disposer en rang ou en hélice selon la forme de la tarte. Faire fondre le beurre, ajouter le sucre et le rhum. Passer au pinceau sur les bananes. Râper à l'économe des copeaux de chocolat. Placer au frigo, une bonne heure (pour le feuilleté de la pâte). Cuire à 180°C pendant 35mn.





Délicieux, ça va sans dire.



Cette semaine, Joelle du blog Auntie Jo, funny little kitchen a fété son Blogday#2. Je lui dédie ce dessert, une manière de lui souhaiter un heureux blogday. J'ai découvert ce blog , un jour où Auntie Jo était passée déposer un gâteau de princesse, un Cake d'amour, pour La petite madeleine. Son univers est doux, chaleureux, généreux, poétique, sensible, parfumé, fondant sucré..... Allez-y, on y est très bien.

Des recettes de bananes légumes :

Des recettes de bananes dessert :


Edit : Je ne suis pas agronome ni historien. J'ai pas vraiment la main verte, plutôt une fille de la ville. S'il y a des erreurs, des confusions. Merci de rectifier.

3 comments:

Ciorane la pauvresse said...

Merci d'ouvrir mon horizon sur la banane. En fait, je ne connaissais que la pas mûre, la bien mûre et la trop mûre et quand même la plantain, c'est tout. En fait, la banane, c'est tout un monde!
En tout cas, je salue ta patience pour ranger toutes ces rondelles artistiquement ! Le résultat en valait la peine au vu des photos qui charment les yeux à défaut du palais.

Colette MARTINIC said...

Banane -chocolat ,hum c'est bon ..bon dimanche

auntie jo said...

merci 3 fois,
pour le dessert, pour le compliment, et pour ce billet très intéressant et instructif sur la banane!
bises

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...