Wednesday, July 16, 2008

Le lapin et le marin

Quand il était petit, le nounours expliquait à sa grand-mère qu'il ne fallait pas l'appeler "mon lapin" ....Pfft, évidemment, c'est un nounours...! Nan! Parce qu'une fois sur le bateau, ça lui échapperait et on risquait gros!!! L'adorable grand-mère s'efforça de supprimer le diabolique surnom de son esprit non pas qu'elle pensa, un jour, fouler le pont d'un navire mais native de Lusignan et élevée dans la légende de la Fée Mélusine, elle savait ce qu'il en coûtait de transgresser les interdits....

Crédit photos : Bretagne-Lapins
J'ai déjà eu l'occasion d'évoquer les relations tumultueuses entre le marin et le lapin (clic). Relations qui ont l'air de s'arranger depuis que les coques sont en plastique et il n'y a guère semble-t-il que les anglo-saxons qui perdent leur flegme à ce sujet et mon tendre mais chut!!!.
Le marin a pas mal de fixettes ...les cordes, les femmes...ne pas appareiller un vendredi, mettre une pièce sous le mât, les albatros, siffler, j'en passe. Je suis plus sensible à celle qui consiste à ne pas débaptiser un bateau sans accomplir un rituel.
Un bateau a -t-il une âme, certains pensent que oui, y compris les anglais qui n'utilisent pas le pronom impersonnel "it" (celui des objets) mais his ou she..
Et les croyances veulent
que l'on ne change pas le nom d'un bateau pour ne pas s'attirer les foudres de Neptune, ou alors si l'on veut le faire., il faut tuer le macoui!
Le macoui est le sillage du bateau, celui qui le suit tout au long de sa vie, tel un serpent. Tuer le macoui c'est couper le sillage au plus près de la coque pour permettre au bateau de démarrer une nouvelle vie. Le rituel veut que l'on sorte au large accompagné d'un bateau ami qui va traverser par 3 fois le sillage. Certains n'hésitent pas à dire qu'il faut saoûler le macoui et verser de l'alcool par l'arrière du bateau. Evidemment les marins se servent au passage!!!
D'autres pensent que le macoui est le serpent et qu'ainsi un bateau ne peut avoir deux serpents qui le suivent sans que cela ne provoque disputes, bagarres et autres fortunes de mer.
Des années plus tard, le nounours trouve ses "quimboiseries" ridicules...Il n'empêche qu'il n'a pas voulu de mon lapin . Un lapin persillé à la moutarde verte présenté en terrine. Il aurait pu dire que la couleur ne l'inspirait pas, Nan! il a dit qu'il ne mangeait pas de lapin carré...
Je ne suis pas aidée, il n'y a pas si longtemps devant un lapin entier rôti à l'ail, ça poussait des cris désespérés en hurlant que ça ressemblait trop à un doudou!! Faudrait savoir!


Lapin carré...
Lapin dans le carré?!....
Je dis ça... Je dis rien!


Lapin persillé à la moutarde verte
4 cuisses de lapin

1 carotte
1 oignon
1 poireau

1 botte de persil plat
4 c à soupe de moutarde verte à l'estragon (J'ai utilisé celle au poivre vert)

3 échalotes
1/2 sachet de gelée de Madère (J'ai remplacé par de l'agar-agar)
5 cl de vin blanc (J'ai mis de la bière )
2 feuilles de laurier (pour moi des feuilles de Bois d'Inde)
2 branches de thym

Sel, poivre
Réunir dans une cocotte les cuisses de lapin, l'oignon épluché, la carotte, le blanc de poireau, la bière, le thym et le bois d'Inde et 1/2 l d'eau. Saler, poivrer et cuire à couvert et feu doux durant 1h. C'est sensiblement le même principe que le lapin en gelée de belle Maman. Pendant ce temps, eplucher et hacher finement les échalotes, ciseler le persil. Ajouter à la moutarde. Désosser le lapin cuit. Laisser réduire de moitié le bouillon et filtrer. Ajouter l'agar-agar préparé selon le mode d'emploi (J'ai mis 2g) et laisser bouillir 30 secondes. Verser sur la moutarde et bien mélanger. Rectifier l'assaisonnement si besoin et incorporer les morceaux de Lapin. Mélanger et verser dans un moule à cake siliconé ou parcheminé. Laisser prendre au réfrigérateur durant 12h. Servir avec des toasts chauds. J'ai proposé les blinis!! Avec l'agar-agar , la préparation prend en moins d'une heure.
Cette recette est extraite du Saveur n°156, comme celle des blinis aux courgettes. Il proposait de servir ce lapin en ramequin individuel. Je ne voyais pas trop l'intérêt. En le goûtant, j'ai compris!! Il ne s'agit pas du tout d'une texture de gelée . A cause de la moutarde probablement, on a une impression beaucoup plus soyeuse presque mousseuse qui peut très bien convenir servie dans des ramequins. On pourrait presque le savourer à la cuiller en éminçant finement les morceaux de lapin. C'était vraiment excellent et mon tendre et cher, après avoir vérifié qu'il était bien sur la terre ferme, s'est régalé.


1 comment:

Colette MARTINIC said...

Cette histoire de lapin est marrante et la recette succulente....bonne journée.BISE

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...