Monday, December 6, 2010

Le goût de l'enfance

Pensant faire un tour en Afrique, je passai Chai Dumè occupée à mettre l'Automne en chaudron.... Promeneuse d'un coin du monde à l'autre, promeneuse des pays de mémoires
Sa pâte de coing était ronde et dorée comme un soleil. La voir m'emportait dans des contrées d'avant. Là où l'on vous surprend les doigts dans la confiture ou sur la pointe des pieds, cherchant les chocolats. Gelées et pâtes de coing bien enfouies.
Ma tribu aura eu une enfance créole. Une enfance aux senteurs de goyave. Partis sur l'autre bord, ils en demandent encore et encore. Fruits frais, jus rosé, pâtés sucrés (petits chaussons de pâte brisée fourrés de marmelade), confiture et plus que tout peut-être, pâte de goyave.
L'occasion était trop belle, avant que la saison ne se termine et parce que mon tendre messager a un panier à porter là-bas, je me suis lancée.
Il fallait juste que je trouve comment faire avec les pépins. Les garder pour la pectine mais pouvoir les séparer sans perdre trop de pulpe. Minouchka de Passion Culinaire avait fait du jus . Filtrer la purée de fruits avait l'air facile .


Pâte de Goyave
Des fruits mûrs, un peu d'eau, du sucre de canne.
Et quelques pépins de pomme.
Bien frotter la peau des fruits. Retirer les extrémités. Couper les fruits en quatre. Faire compoter dans un peu d'eau en chauffant doucement. En tournant avec une cuiller en bois, on obtient assez rapidement une purée. Tamiser pour retirer les pépins toujours en tournant avec la cuiller en bois. Ca se fait aisément.

Peser la pulpe obtenue et ajouter 75% de sucre de canne. Manger une pomme. Ajouter le trognon avec ses pépins.
Laisser cuire tout doucement en tournant et surveillant.
De rose la pulpe devint de plus en plus colorée, dorée. Elle épaissit petit à petit, collant à la cuiller. Au bout d'une heure, la couleur me plût. La consistance aussi.
Retirer le trognon. En effet comme le dit Dumè, le peu de chair était confit et fondant. Ca donne envie de glisser une pomme entière la prochaine fois.
Verser dans un moule carré pour retrouver l'enfance.
Lisser. (Mieux que ça la prochaine fois)
Laisser prendre pendant 24h.
Découper en damier.

L'Ecureuil goûteur et gourmand a aimé

vraiment beaucoup aimé.

La saison se termine. J'espère trouver encore des fruits...
Sinon, ca va râler de l'autre côté de la mare.

PS : Au prochain essai, un peu plus d'attention... Les pépins sont vraiment durs sous la dent.



8 comments:

Gracianne said...

Je te dirai la meme chose qu'a Dume : comme elle est belle! J'aime voir tes realisations du bout du monde.
Ici il neige, sans fin.

Babeth59 said...

pas juste!..ici je vais devoir me contenter de la pomme!...ceci dit, la pomme confite, c'est un de mes souvenirs d'enfance perso!....et une tasse de café après....pas possible sans, tant pis pour mes globules!

Hélène de l'Ile Maurice said...

J'aime beaucoup ton blog aussi. Une odeur d'ile, des saveurs tropicales... tout ce que j'aime. Et quelle merveille que la pâte de goyave!

Cuisine Framboise said...

Merci gracianne.
Babeth, tu as la pâte de coing....
Bienvenue Hélène.

La fourmi said...

j'ai fait une tarte à la goyave il y a peu : même constat pour les pépins ! hihi !

Cuisine Framboise said...

Surprenant. Heureusement il y en avait très peu.

dumè said...

ah ah ! toi dis donc, tu as mal lu les consignes !
;)
j'ai effectivement mis un trognon de pomme pour la soi-disant pectine, mais j'ai surtout laissé la pomme se confire ; et avant que la pâte ne sèche convenablement cela a fait un premier dessert avec une boule de glace............ c'est booooon !
ta pâte semble bien sèche et très réussie ;

Cuisine Framboise said...

Merci Dumè. C'était parfait en effet. je viens d'en refaire une toute petit portion et je crois que c'est terminé pour la saison. Je ne trouve plus de goyave.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...